Comme je suis entre deux romans, je vais te parler aujourd’hui de technique. Loin de moi l’idée de juger comment les autres font, je vais juste partager une méthode qui m’aide à construire mes romans : le Mind-Mapping.

Le mind-Mapping ? Qu’est-ce que c’est ?

Une mind-map ou carte heuristique, est un graphique qui regroupe des actions, des idées, des concepts, etc. autour d’un sujet central. C’est une représentation visuelle et non linéaire d’une série d’informations.

Plus d’informations sur le site dédié

Pourquoi utiliser le mind-mapping pour un roman ?

Alors je ne vais pas te dire « tu dois le faire » je vais te dire pourquoi j’aime cette méthode.

Je l’ai découverte dans le cadre de mon activité de chef de projets informatiques. J’avais eu un peu de mal à me familiariser avec cette technique mais une fois fait, j’avais gagné en efficacité. Je trouvais intéressant de pouvoir réunir, sur une unique feuille, toutes les actions, acteurs, échéances, supports divers qui composaient chaque projet.

J’en suis rapidement venue à le décliner pour l’écriture le jour où j’ai décidé de structurer mon premier roman. Dans la manière de se lancer dans l’écriture, on classe souvent les auteurices comme jardinier ou architecte. Les premiers fonçant tête baissée dans leurs histoires et les autres, qui structurent, organisent, classifient avant de rédiger. Tu trouveras suffisamment de personnes prêtes à juger ce qui est bien ou pas bien,en ce qui me concerne, je pioche là où j’en ai besoin ; je dois donc être hybride 😀

C’est probablement pour cette raison que la mind-map me convient car elle réconcilie l’architecte-jardinier en moi.

Comment ça marche ?

Je t’ai fait un petit résumé avec des exemples (tu noteras que je me suis inspirée d’une série de romans célèbres).

Quels avantages ?

Cette démarche me permet de structurer mes idées car elles foisonnent. Mes inspirations viennent de partout : un fait-divers, une photographie, une situation dans la vie de tous les jours, une musique, un jeu vidéo…

Avec autant de stimulations créatives, je dois tester mes idées et ma première carte mentale me sert souvent à valider ou non un futur texte. Dès que je commence à bloquer sur ce premier jet, c’est que ça ne marche pas. Je décide alors de mettre de côté et si je ne ressens pas le besoin d’y revenir, c’est que c’était moisi !

Par contre, quand la sauce prend, m’obliger à répondre à ces six questions : Quoi ? Qui ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? permet de me libérer la tête pour laisser place à d’autres choses.

La carte mentale devient donc un réceptacle salvateur pour ma créativité car elle libère les embouteillages dans mon cerveau, elle fluidifie le trafic comme dirait l’autre !

Mais c’est compliqué, non ?

Tu l’auras compris, c’est une méthode comme une autre qui demande une certaine gymnastique au début mais qui est très intuitive. Elle a remplacé les listes sans fin que je finissais par laisser de côté. Surtout, elle me permet souvent de me débloquer quand ça m’arrive soit en reprenant l’une des cartes existantes soit en faisant une nouvelle autour de l’idée ou de l’action qui me bloque.

Elle me facilite les contrôles de cohérences notamment dans les récits avec beaucoup de protagonistes ou avec des intrigues entrecroisées.

Le nombre de cartes par roman dépend de celui-ci mais j’ai remarqué que j’ai souvent une immense carte (en format raisin) pour la vision générale et systématiquement une pour le personnage principal et une autre pour son ennemi-e. S’il s’agit d’un monde imaginaire, je vais aussi en créer une sur l’univers pour bien verrouiller l’organisation de celui-ci. A noter que c’est une technique que je n’arrive pas à faire sur ordi, uniquement sur papier… Et que j’ai pris l’habitude (je peux même parler de rituel à ce stade) de détruire toutes les cartes une fois le roman écrit. Pourquoi ? J’en sais rien… j’imagine que c’est ma manière de faire le deuil d’une histoire.

Cela n’empêche pas de faire des fiches personnages, des schémas d’opposition et d’alliances ou encore tout autre support que tu as l’habitude de manier. Encore une fois, le mind-mapping est une méthode parmi d’autres, à toi de choisir si elle te convient.

La liste de quelques logiciels

Tu trouveras des listes bien plus complètes sur le web mais voici trois logiciels qui semblent convenir au plus grand nombre :

Je te laisse expérimenter et reviens me dire si ça t’a été utile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s