Après une année à fond, sans vacances, à travailler tous les jours, week-ends inclus, j’ai eu besoin de me reposer. Je l’ai senti en voyant mes nuits s’allonger sans raison, pendant que ma concentration périclitait. Du coup, la semaine dernière, j’ai décidé de ne pas lutter et d’en profiter pour regarder derrière mon épaule, observer de quoi cette année avait été faite.

Mon activité de formations

Une partie de mon année a été consacrée à de la formation pour les entreprises.

7 formations réalisées entre avril et octobre, en distanciel et en présentiel. Cela a fait du bien au portefeuille et m’a permis de faire de belles rencontres. Des personnes avec qui je suis restée en contact et avec lesquelles on se donne des nouvelles.

J’aime toujours autant cet exercice qui est source de partages, de découvertes et d’enrichissements croisés. Les thèmes demandés cette année ont été le management d’équipe, la gestion des conflits, la communication au sens large : non violente, interne, non verbale, etc.

Nous avons aussi beaucoup évoqué le management toxique qui semble se développer dans les entreprises, un peu à la manière de nos dirigeants, avec des objectifs flous, des mensonges, de la manipulation… Une déviance du fonctionnement professionnel qui a de lourdes répercussions pour les collaborateurs ou partenaires qui y sont confrontés.

Je me suis demandé si le management toxique avait tendance à se multiplier ou si cela venait du fait que les victimes savaient mieux les reconnaître ? Je n’ai pas la réponse, mais il me paraît évident que le besoin permanent de résultats (métriques, chiffres, la vérité par les datas, etc.), ou l’adaptation de méthodes issues de l’industrie à des professions intellectuelles n’était pas étrangère à cette déliquescence du monde du travail.

Tout miser sur la productivité, au mépris de l’humain, favorise la réussite des individus dénués d’empathie, qui maîtrisent parfaitement le faux discours affectif et le surjouent à base de bienveillance affichée.

J’ai d’ailleurs pu constater que l’édition n’était pas épargnée par ce fléau. Malgré les discours de façade de certain(e)s, l’ubérisation des auteurices à coup de accepte et tais-toi ou barre-toi se faisait de manière totalement décomplexée.

Heureusement, pas chez tout le monde ! C’est pour ça que je garde espoir.

Ma vie d’écrivaine

C’est ce qui a occupé 80% de mon temps cette année avec 3 séries littéraires, 5 romans écrits (dont 1 publié), une nouvelle et 1 roman débuté. Tout ce travail sera visible en 2022 puisque j’ai eu la joie de signer deux nouveaux contrats d’édition pour des parutions l’année prochaine.

Je me suis engagée à en proposer deux autres avec cette ME, le troisième est déjà écrit. Revenu de BL, je dois encore bosser dessus pour l’améliorer avant de l’envoyer à mon éditrice.

Quant à l’autoédition, la seconde enquête d’Elena Mills Fida-I a été écrite et publiée mi-2021. Vénatoria, mon roman à suspense dans une station sous-marine écrit en 2020, est sorti en octobre.

J’ai reçu mon prix littéraire pour le premier de la série Elena Mills (Le jeu du chapeau) à La Rochelle en novembre, lors du salon, et j’ai eu droit un beau socle en verre qui orne dignement ma cheminée.

Si tu l’ignorais, sache que le prochain Elena Mills est rédigé, relu, bêta-lu, re-relu, il est en cours de correction et est prévu début 2022 (la date de sortie te sera donnée bientôt).

Tu constates donc que je n’ai pas chômé.

Sans compter que pour l’autoédition, il ne faut pas négliger le marketing.

Marketing de l’édition indépendante

Je me suis formée deux fois cette année, dont la seconde en juin, notamment sur la publicité Amazon (grâce à Jupiter Phaeton). L’idée était de promouvoir mes ouvrages, et une fois les règles du moteur de pub comprises (ce qui demande de la patience et de l’organisation), cela s’avère très positif.

Pour être concrète, sur Le jeu du chapeau, avant la publicité, entre sa sortie en août 2020 et juin 2021, j’en avais vendu 18 (ce n’est pas beaucoup, hein !). Entre juillet (début de la pub) et fin novembre, j’en ai vendu 181. Uniquement sur Amazon, car par ailleurs, et grâce à quelques événements sur l’année, j’en ai vendu 104 de plus.

L’avantage de la publicité est que je touche plus de lecteurices avec un ouvrage. Puis, ces nouveaux clients reviennent, et génèrent ce que l’on appelle des ventes naturelles, de mes autres bouquins. Du coup, depuis juillet, je vois un véritable rebond de toutes mes ventes, et ça, c’est cool !

Je travaille actuellement à une stratégie de sorties en AE et de promotions pour 2022 pour continuer sur ma lancée. Côté budget, pour le moment, chaque sou gagné est aussitôt réinvesti dans le marketing.

J’ai aussi essayé de dynamiser mes réseaux sociaux (surtout Instagram et Facebook), mais je dois encore progresser. Le pire est que je sais ce que j’ai à faire, cependant, j’avoue manquer de temps étant donné que je privilégie toujours l’écriture. 2022 sera donc consacré à trouver le bon équilibre.

En résumé

2021, une année riche dont je retiens surtout les rencontres. Dans le milieu littéraire, de magnifiques découvertes avec des personnes extras qui partagent leur passion et avec qui j’ai plaisir à échanger. La joie également de passer du virtuel au réel avec plusieurs d’entre elles, de voir leurs projets aboutir, de les encourager et de recevoir des petits mots qui reboostent les jours de baisse de régime.

Bon, on ne va pas se mentir, il y a eu aussi des désillusions avec d’autres, mais c’est comme les trucs qui puent : je balance rapidement à la poubelle et j’oublie. La vie est trop courte pour s’occuper de celleux qui n’en valent pas la peine.

Je suis presque à l’anniversaire de mes trois ans comme autrice professionnelle. Ce bilan me montre que les choses avancent. Ce n’est pas facile (mais je le savais), cela demeure encourageant. Je suis pragmatique, donc je me concentre sur ce qu’il reste à faire, sans doute parce que j’ignore s’il existe une ligne d’arrivée à tout ça. En vivre ? Ce serait chouette, évidemment, bien que compliqué. C’est la raison pour laquelle je planche sur d’autres projets en parallèle, toujours autour de l’art et de la création.

Cela me permet de regarder l’avenir avec autant d’enthousiasme, prête à me plonger dans la suite de l’aventure.

2022, laisse-moi le temps de regonfler mes batteries et prépare-toi : j’arrive !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s